Un nouveau moteur dans la Mégane

Megane Diaz Fernandez« Rendez-moi ma Mégane », disait, voici quelques années, un slogan publicitaire pour le célèbre modèle de Renault.
Il faut bien dire que les amateurs de tennis ont bien cru ne jamais revoir leur Mégane Diaz Fernandez. Car si le talent ne meurt pas, on sait qu’il ne suffit pas, à lui seul, pour faire carrière.

Et il faut bien reconnaître que Mégane, qui était B-15 à 15 ans, a perdu pas mal de temps à tergiverser. Puis soudain, elle a refait surface en remportant le tournoi de Saint-Josse après avoir battu trois B-15.2 (Charlotte Breuer, Pauline Demel et Leslie Vanderlinden en finale).

« Pendant deuux ans, je n’ai pas su ce que je voulais mais ça fait quatre mois que je travaille dur », dit-elle. « Pendant les vacances, en allant m’entraîner au Parival, j’ai eu un déclic. Après, j’ai pris le train chaque jour pour aller à l’entraînement avec Leslie Vanderlinden. Je lui dois une bonne partie de mon retour. Notre collaboration s’est terminée la semaine du tournoi. Quelques jours plus tard, je la battais en finale. C’était un peu particulier pour nous deux mais je tiens vraiment à remercier Leslie pour ce qu’elle a fait pour moi. »

Elle est aussi très fière d’avoir pu battre Pauline Demel, qui avait remporté l’Argayon. « J’étais vraiment très contente de la battre parce qu’elle est talentueuse. »
Depuis quelques semaines, Mégane est retournée s’entraîner avec Yassine Taha, son ancien coach. « Il m’a beaucoup appris. Je l’avais laissé tomber parce qu’il n’avait pas de voiture et ne pouvait pas m’emmener au tournoi. Mais maintenant, tout est en ordre et je suis certaine que Yassine peut m’aider à atteindre mon but: devenir pro. »

Mégane espère être B-15.4 à la fin de l’année. Elle va aussi jouer les interclubs en Nationale 2  avec le Léopold. « J’ai déjà bien progressé au service, maintenant je dois encore travailler mon revers et gagner en explosivité. »