Martin Van Hee présent du début à la fin

Martin Van HeeIl y a quelques années, en regardant jouer Emma Van Hee, nous avions discuté avec son papa qui nous expliquait qu’il n’avait aucune prétention pour sa fille. Que pour elle, le tennis était juste un hobby.

Une saine vision des choses même si, quatre ans plus tard, Emma est 56e joueuse belge et que le nombre de kilomètres parcourus par ses parents pour le tennis a été multiplié par deux au moins. Car depuis, Martin (15 ans), le jeune frère d’Emma, s’est piqué au jeu et sera B0 l’année prochaine.

« Je dois bien admettre qu’au début, j’ai joué pour faire comme ma soeur » dit-il. « Mais je me suis vite pris au jeu. Nous travaillons souvent ensemble à l’entraînement mais il vaut mieux que nous ne fassions pas de matches. Pour le moment, je crois qu’elle me battrait encore. »

Martin a livré une très bonne saison (71 victoires en 102 matches). La preuve en est qu’il fut le premier leader de notre Wilson Pro Tennis Tour et qu’il était encore quatrième à l’arrivée. Tout en sachant que sa tâche était plus difficile puisqu’il était le mieux classé des lauréats.

« C’est vrai que j’ai réussi à conserver mon niveau tout au long de la saison alors que j’ai quand même joué beaucoup », dit-il. Comme Emma, Martin est pourtant encore loin d’avoir atteint son potentiel maximum puisqu’il s’entraîne encore très peu. « Je vais progressivement augmenter la cadence », dit-il. « Je vais notamment aller aussi m’entraîner en France. Cela fera encore un peu plus de kilomètres au compteur de la voiture de papa mais je pense qu’il le fait avec plaisir. »

Etudiant en sciences immersion anglais, comme sa soeur, Martin a battu cette année son premier B négatif, Bill Bumgardner (B-15.1) au tournoi de Rebecq.

« Je suis plus rapide, plus puissant qu’avant », dit-il. « Il me reste à améliorer ma concentration car j’ai tendance à relâcher l’effort quand je mène. Je me fais alors remonter et je joue des minutes inutiles. Il faudrait aussi que je puisse développer un coup qui fait mal. »

S’il y parvient, Martin pourra alors atteindre l’objectif qu’il s’est fixé pour 2016: être B-15.