Frédéric Raevens: « Beaucoup de joueurs sont dans le fantasme »

wilson pro tennis tour - im pretexteFrédéric Raevens a 45 ans. Il y a 20 ans, il a été C15 mais depuis, les choses de la vie et un métier de photographe passionnant mais prenant (il fait notamment des couvertures de grands magazines belges) l’avaient éloigné des terrains.

Il s’y est remis il y a deux ans, avec des amis, au Smashing Nivelles. Cette année, il a décidé de participer aux interclubs. « Ca m’a rendu le goût de la compétition, l’envie de gagner », dit-il. « Je me rends compte qu’à mon âge, je peu encore progresser. Le tennis a une dimension physique, technique et psychologique qui m’apporte beaucoup de choses. »

Il compte 34 victoires en 39 matches. Trop peu pour prétendre à un bon classement au critérium car il n’a joué que l’été mais assez pour être un des lauréats du Wilson Pro Tennis Tour.

« J’ai souvent gagné en me contentant de remettre la balle dans le terrain », dit-il. « On m’a parfois dit que j’étais une remballette, même après avoir gagné 6-0, 6-0 mais je suis désolé: à ce niveau, remballer fait partie du tennis. Je suis toujours frappé par le fantasme dans lequel beaucoup de joueurs de notre niveau se trouvent. Ils ont tendance à expliquer plus facilement les matches des autres que les leurs. Mais ce n’est rien par rapport à ce que j’ai connu lorsque j’avais entre 17 et 22 ans et que nous avions tous des égos surdimensionnés. Maintenant, la plupart des gens ont pris du recul par rapport au jeu. »

Avec la publication des nouveaux classement, il est passé de C30.5 à C15.3. « Je vais beaucoup travailler cet hiver afin de mériter ce classement », dit-il. « Je ne serai jamais Série B mais en étant C15.3, je ne peux plus me contenter de jouer à la baballe. »